De Davinia Hardwick

05 novembre 2015 - 18:07

photo d'enfants dans une salle de classe
'Apprenez à vos élèves à connaître les pays où est parlée la langue cible.'  ©

M. Wright

Comment faire exister une langue vivante dans une salle de classe ? Davinia Hardwick, ancienne assistante de langue avec le British Council est actuellement directrice du département de français dans un lycée britannique, nous prodigue ses conseils. 

Utilisez la langue cible pendant les cours

Il est bon d’exposer vos élèves à la langue cible le plus souvent possible. Il se peut que vous deviez parfois prononcer quelques mots en français pendant vos cours, mais la plupart du temps ce n’est pas vraiment nécessaire. En immergeant vos élèves dans la langue cible vous les aidez à aborder la langue de manière plus indépendante, à accroître leur assurance et à enrichir leur vocabulaire. 

Les élèves aiment entendre parler des « natifs » de la langue cible, d’où l’intérêt de demander à vos collègues de participer en les invitant dans votre classe. S’ils connaissent un peu cette langue mais éprouvent des difficultés à la parler, vos élèves les aideront à s’améliorer. S’ils la parlent déjà très bien ils leur feront prendre conscience de l’importance des compétences linguistiques dans la communication. Encouragez vos élèves et vos collègues à s’exprimer sans trop se soucier de leurs fautes et mettez l’accent sur l’importance de la communication. 

Les élèves aiment entendre parler des « natifs » de la langue cible...

Les assistants de langue peuvent apporter un grand soutien aux professeurs, en particulier pour les enseignants qui ne parlent pas la langue cible couramment. Leur contribution représente une ressource pédagogique ancrée dans la réalité et favorise la qualité de l’écoute chez les élèves. Les échanges entre assistants et professeurs introduisent une certaine spontanéité pendant les cours. Vous pouvez par ailleurs inviter dans votre classe une personne qui parle la langue couramment – un(e) ami(e) ou un(e) collègue par exemple. Chaque fois que la langue est utilisée dans des situations pratiques, le rôle du langage dans la communication s’en trouve renforcé. Servez-vous également des moyens dont vous disposez pour utiliser le langage de façon naturelle par exemple lorsque vous donnez des directives, des conseils ou que vous accueillez vos élèves.

Encouragez les élèves à adopter une attitude pragmatique

Les élèves ont besoin de participer à des activités qui les intéressent dans une atmosphère propice à la participation et à la réussite. Plus ils s’intéressent à ce qu’ils font, plus ils font des progrès. Les compétitions et les quizz constituent un important facteur de motivation. En les récompensant lorsqu’ils réussissent à communiquer, vous leurs offrez des occasions constantes de s’améliorer. Le moindre exercice pratique, les associations d’images et de mots par exemple, ou même la recherche de mots cachés, peut se transformer en concours : course contre la montre, le premier à finir, compétitions entre classes, etc. 

Lorsque j’étais assistante de langue au Canada, je me suis rendue compte que les prix et les récompenses étaient d’excellents moyens pour motiver les étudiants. Je leur ai donc ramené des stylos et des auto-collants de mon pays. Je me suis également appuyée sur des photos et des accessoires pour leur parler de la vie quotidienne au Royaume Uni et j’ai affiché sur les murs de la classe des graphiques représentant les progrès et les récompenses. A l’université, j’avais fait partie de l’équipe de hockey. J’ai amené ma crosse et une balle à mes élèves de la Beauce et je les ai laissé dribbler autour de la salle de classe. 

Ils appréciaient vraiment les exercices où ils avaient l’occasion d’être physiquement actifs...

Un de leurs exercices préférés était la « dictée en courant ». Ils travaillaient en paire : l’un d’entre eux lisait un fragment de texte que j’avais affiché dans un coin de la pièce puis courait le répéter à son partenaire qui le retranscrivait le plus rapidement possible. Ils appréciaient vraiment les exercices où ils avaient l’occasion d’être physiquement actifs comme par exemple « Qui suis-je ?» qui consiste à deviner quelle est la personne célèbre dont le nom est collé sur leur front. Les élèves se déplacent dans la classe et ont seulement le droit de poser des questions auxquelles on ne peut répondre que par oui ou par non, telles que « est-ce que je suis un homme ? » Les défis consistant à deviner le plus de noms possibles se sont révélés particulièrement efficaces. 

Comme j’aime le sport, mes étudiants québécois m’ont fait découvrir les sports les plus populaires au Canada. Ils m’ont encouragé à faire du snowboard et du patinage sur glace, ce qui a été pour moi une source d’échanges culturels aussi bien que linguistiques.

N’oubliez jamais que la grammaire est le point de départ de toutes les compétences linguistiques

La grammaire est un élément de langage tout aussi fondamental que la communication. L’une ne peut exister sans l’autre. Il faut savoir maintenir un équilibre entre elles pour bien enseigner une langue et s’assurer que les élèves apprennent avec plaisir tout en faisant des progrès. 

La grammaire est à la base de toutes les compétences linguistiques. La connaissance de la grammaire permet aux étudiants de mieux parler, d’écrire correctement, et d’acquérir davantage d’assurance. Quand je demande à un étudiant d’expliquer une règle de grammaire à un autre étudiant ou à l’ensemble de la classe, je m’aperçois qu’il prend de l’assurance. C’est également une occasion de vérifier quels sont les points de grammaire qu’il faut réexpliquer ou réviser. 

Vos étudiants ont-ils une façon particulière de retenir certaines règles de grammaire ? Adoptez des jeux, des activités et des vidéos clips pour illustrer les règles de grammaire que vous apprenez aux élèves.

Au Royaume Uni, je suis abonnée à Linguascope, un site web interactif pour l’enseignement et l’apprentissage des langues. J’utilise aussi beaucoup YouTube pour les clips et TaskMagic pour trouver des jeux. Par ailleurs, les discussions entre collègues sont souvent source de trouvailles. 

L’apprentissage d’une langue est cumulatif et doit être poursuivi en dehors de la classe

Plus on apprend et plus on pratique une langue, plus on arrive à la parler couramment. Dans de nombreux domaines, les compétences s’assimilent à force de répétitions et d’entraînement. C’est particulièrement vrai pour l’acquisition d’une langue. Pour renforcer l’apprentissage en classe il faut sans cesse revoir la grammaire, réviser le vocabulaire et travailler la prononciation. Des activités récréatives telles que chanter, remplacer des mots manquants ou utiliser la mémoire pour associer des mots et des images sont autant d’exercices utiles. Pendant les exercices pratiques, répétez systématiquement ce que vous dites pour que les élèves puissent écouter la prononciation à plusieurs reprises. 

Dans la mesure où l’apprentissage d’une langue procède par accumulation, il doit se continuer en dehors de la classe. L’un des moyens dont vous disposez sont les tests de vocabulaire avec des révisions à faire à la maison ou dans les clubs de langue. Donnez à vos étudiants des exercices à faire chez eux pour qu’ils retiennent ce qu’ils ont appris pendant les cours. De nombreux étudiants aiment enseigner à leurs parents ce qu’ils ont appris. Mon expérience en tant que professeur d’anglais langue étrangère au Royaume-Uni et de français dans une école britannique m’a appris à quel point il est important de réexaminer fréquemment la grammaire et le vocabulaire. 

Pour réviser j’utilise un jeu qui s’appelle 'Je vais désigner...'. Mes élèves adorent ce jeu qui me permet de récapituler ce que nous avons appris pendant le cours. Deux ou trois minutes avant la fin du cours je désigne un élève, par exemple : 'Je désigne Max'. Puis je lui pose une question, 'Max, comment dit-on ‘five’ en français ?’ Si l’étudiant répond correctement, il désigne à son tour un autre élève. Le but du jeu est de ne pas être le dernier à parler quand la cloche sonne. C’est un excellent moyen de réviser une leçon, de parler la langue, d’accroitre la présence d’esprit et de favoriser la confiance en soi. « Lancer des mots » est aussi un très bon jeu pour commencer ou terminer une activité tout en revoyant le vocabulaire. Prononcez un mot ou écrivez-le au tableau et lancez un ballon à l’un de vos élèves. Il doit alors dire un mot qui commence par la dernière lettre de votre mot. Puis il lance le ballon à quelqu’un d’autre et ainsi de suite. Ce jeu offre des possibilités illimitées : vous pouvez organiser des compétitions, fixer des délais, choisir des catégories, etc. 

Faites vivre la langue et sa culture en classe

Mettre l’accent sur les différences culturelles en même temps que linguistiques favorise l’apprentissage d‘une langue. Cela suscite l’intérêt des élèves et les encourage à prendre une part active dans leur apprentissage. Ne vous contentez pas de leur enseigner la langue mais apprenez leur à connaître les pays où elle se pratique. Suggérez à vos étudiants de regarder des émissions de télévision ou des films en français. Demandez-leur ce qu’ils savent déjà sur la culture des pays où se parle la langue qu’ils apprennent et ce qu’ils voudraient savoir d’autre. 

En introduisant la langue et la culture de ces pays dans l’enceinte de la classe, vous motiverez d’autant plus vos élèves. Organisez un programme d’échanges par email pour que vos élèves apprennent à connaître leurs correspondants à l’étranger. L’expérience qu’ils feront en leur posant des questions par écrit et en tentant de comprendre leurs réponses leur donnera des raisons supplémentaires de se perfectionner. Des sorties culturelles au cinéma avec les élèves, ou un voyage dans un pays étranger où la langue est pratiquée concrétisent l’existence et la réalité de la langue.

Les clubs de langue sont des lieux informels où les élèves peuvent s’entraîner à parler et à comprendre, faire leurs devoirs ou discuter de la culture associée aux pays où l’on pratique la langue cible.

Lorsque j’étais assistante de langue au Canada, j’ai appris à mes élèves la langue et la culture du Pays de Galles et j’ai organisé des compétitions. L’une d’entre elles a connu beaucoup de succès : il s’agissait de voir qui pouvait prononcer le mieux le plus long mot gallois. J’ai commencé ce jeu dès le début de l’année et j’ai donné les résultats en partant. J’ai eu l’impression d’avoir particulièrement motivé mes étudiants grâce à mon statut de jeune enseignante de langue maternelle anglaise. Pendant une année qui s’est révélée très enrichissante pour moi, j’ai permis à mes élèves d’avoir une vision plus actuelle de ma langue et de ma culture.

Davinia Hardwick, a été assistante d’anglais au British Council Canada à Montréal de 2000 à 2001. En 2014, elle a reçu le prix du Meilleur Professeur de Langue Vivante. Elle est actuellement Directrice du département de Français à Llandrindod High School au pays de Galles et enseigne également le gallois.

Si vous êtes basé en France et désirez devenir un(e) assistant(e) de langue à l'étranger, veuillez contacter le CIEP.

Si vous êtes basé au Royaume-Uni veuillez adresser un email à languageassistants.uk@britishcouncil.org ou téléphoner au +44 (0)161 957 7755. Nous vous aiderons de notre mieux dans votre recherche.

Ce blog a été traduit de sa version anglaise disponible sur le site Voices du British Council.

photo of Davinia Hardwick

Davinia Hardwick

Davinia has a PGCE and an MA in Applied Linguistics. She has been Head of French at Llandrindod High School since 2009.  She won the Modern Foreign Languages Teacher of the Year 2014 award. Davinia spent a year abroad in Québec, Canada as an English Language Assistant.  A supporter of the Language Assistants Programme, she prepares and delivers training sessions with the British Council on primary and secondary level EFL activities for new language assistants going to Québec.