De Laura McWilliams , Responsable académique, British Council

11 janvier 2021 - 11:16

Panneau Love to learn
(c) Tim Mossholder. @unsplash

C’est plutôt classique de prendre de nouvelles résolutions en janvier. Une des résolutions fréquentes c’est d’apprendre ou d’améliorer son anglais.

En tant que prof, je pense qu’apprendre l’anglais c’est une idée géniale ! En revanche, c’est facile de prendre des résolutions qui ne vous aident pas vraiment à progresser.

Dans cet article je liste trois mauvaises résolutions souvent prises par mes étudiants. Je dévoile aussi comment les convertir en bonnes résolutions. A votre service !

Mauvaise résolution n°1 : Prendre un cours d’anglais


"Quoi ?! Mais vous êtes professeure au British Council, pourquoi dites-vous que ce n’est pas une bonne idée ?"

Bien sûr que prendre des cours d'anglais c’est une bonne idée (d’ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur nos cours, c’est par ici !). Néanmoins, c’est une mauvaise résolution si vous vous limitez aux cours seulement. 

Du fait du fonctionnement du cerveau, vous allez oublier ce que vous avez appris dans vos cours précédents si vous ne pratiquez pas l’anglais chez vous. « La courbe de l’oubli d’Ebbinghaus » (voir image ci-dessous) nous montre combien on oublie chaque jour si nous ne révisons pas ce que nous avons appris.

Heureusement, la science montre que l’on peut changer cela en intégrant des activités récapitulatives entre les cours. Elles ne doivent pas être obligatoirement très longues. Il faut juste en avoir assez pour réactiver le langage dans votre cerveau. Relisez vos notes et essayez d’incorporer l’anglais dans votre vie quotidienne. Comme par exemple :

  • Essayez d’écrire votre liste de courses en anglais.
  • Choisissez l’anglais comme langue par défaut sur votre portable.

Il y a même des applis d’apprentissage de l’anglais, conçues autour de ce principe, qui vous permettront de réaliser des activités ludiques pour réviser. Memrise est un bon exemple d’une app qui fonctionne de cette manière.

Meilleure résolution n°1 :
Révisez votre cours d’anglais 10 minutes par jour !

Mauvaise résolution n°2 : Lire toutes les œuvres de Charles Dickens, Jane Austen et William Shakespeare.

 

En soit, il n’y a rien de mal à vouloir lire ces livres. Ce sont de magnifiques œuvres de littérature. Mais ce sont des œuvres complexes. Même un anglophone peut les trouver difficiles. Ils contiennent des mots très anciens qui ne sont pas souvent utilisés aujourd’hui ou même qui ont totalement changé de sens. Beaucoup d’expressions dans ces livres ne vous serviront pas dans la vie de tous les jours.

Si vous avez un bon niveau d’anglais, peut être C1 ou C2, vous pouvez lire les versions originales pour le plaisir. Vous apprendrez peut-être de nouvelles expressions. En revanche, si votre niveau d’anglais est plus limité, les versions intégrales seront beaucoup trop difficiles, ce qui peut être très démotivant.

Plutôt que de lire les versions intégrales, essayez quelque chose qui s’appelle « graded readers ». Ce sont des adaptations de livres célèbres, conçues pour les apprenants. Choisissez le livre qui correspond à votre niveau. Cela rendra votre lecture plus agréable tout en vous permettant d’apprendre du nouveau vocabulaire.

Les Graded Readers contiennent souvent des questions sur la compréhension ainsi que d’autres activités. Parfois, vous avez aussi accès à une version audio pour que vous puissiez écouter et lire simultanément. C’est une très bonne façon de relier l’orthographe et le son d’un mot.

Meilleure résolution n°2 :
Lisez un « Graded Reader » chaque semaine/mois.

Mauvaise résolution n°3 : Regarder beaucoup de films en anglais

 

Regarder des films en anglais est une excellente idée. Cela vous expose à plus de vocabulaire courant, et permet d’observer comment la langue est utilisée dans le quotidien. Le fait de voir les expressions faciales et le langage corporel aide aussi à mieux comprendre ce qui est dit. Néanmoins, regarder les films en anglais de manière passive n’est pas le meilleur moyen si vous voulez parler l’anglais couramment. Il y a quand même un minimum de travail à fournir !

Tout d’abord : Séquencez le visionnage du film. Personne ne peut regarder un film en entier sans devenir un spectateur passif. Choisissez une scène et focalisez vous dessus. Regardez la scène que vous avez choisie plusieurs fois. Essayez sans sous-titres pour voir ce que vous comprenez au premier abord. Ensuite, regardez la sous-titrée en anglais. Essayez d’associer le son des mots à leur orthographe. Enfin, regardez la même scène sous-titrée dans votre langue maternelle pour évaluer votre compréhension. Chaque visionnage vous permettra de comprendre de mieux en mieux.

Il faut que vous interagissiez de manière active avec le film. Voici quelques suggestions pour y arriver :

  • Revisionnez la scène en récitant le dialogue entre les acteurs. Essayez d’imiter leur prononciation.
  • Cherchez de nouveaux mots ou expressions et écrivez-les dans votre cahier de vocabulaire. N’oubliez pas de rajouter des notes sur la prononciation. Puis, appropriez-vous les.

Parlez-en à votre professeur d’anglais. Vous pouvez lui demander de relire le dialogue que vous avez noté, pour voir comment cela s’entend avec leur accent. Si vous prenez des cours particuliers, vous pouvez rejouer la scène avec votre professeur.

En faisant tout cela, vous aurez bénéficié du temps que vous avez investi à regarder le film. Vous aurez amélioré votre anglais de manière concrète.

Meilleure résolution n°3 :
Regardez un film en anglais, choisissez une séquence et concentrez-vous sur les leçons que vous pouvez en tirer.

By Educ320 - Own work, CC BY-SA 4.0

Biographie de l'auteur

Laura McWilliams

Responsable académique, British Council

Laura est la responsable académique pour les cours d'anglais pour les secondaires au British Council depuis 2017. Elle détient le CELTA, CELTYL, DELTA ainsi que la qualification de l'ELT management et elle forme au TYLEC. Avant de devenir enseignante d'anglais, Laura travaillait dans le domaine du théâtre, elle aime intégrer son amour pour le théâtre et la narration dans nos cours au British Council.

Autres lectures utiles sur la même thématique