De Laura McWilliams , Responsable académique, British Council

02 mars 2022 - 09:21

journée mondiale de la femme

Blog traduit de l'anglais.

La Journée internationale des droits des femmes arrive à grands pas et si, comme l'année dernière, je ne donnerai pas de leçon spécifique sur ce sujet, en tant que professeur de langues, je suis naturellement attirée par les questions liées à la langue - et il y en a pas mal qui sont liées au genre ! Dernièrement, j'ai vu et lu des choses qui me font réfléchir.

La première était cet article sur certaines réactions à la décision du dictionnaire Le Robert d'inclure le pronom neutre ‘iel’ (une combinaison des pronoms ‘il’ et ‘elle’ qui correspond au singulier ‘they’ en anglais). Il s'avère que certaines personnes n'aiment vraiment pas ‘iel’…

Ensuite, je suis tombée sur le "mème" suivant qui circule sur Internet :

“When a man tries to tell you that “guys” is a gender-neutral term and includes women, ask him how many guys he’s dated and see if he still thinks that.”
("Quand un homme essaie de vous dire que ‘guys’ (gars) est un terme non-sexiste et qu'il inclut les femmes, demandez-lui avec combien de gars il est sorti* et voyez s'il le pense toujours.") *mot paraphrasé.

Cela m'a inspirée pour écrire sur ce qu'on appelle parfois le ‘gender-fair language’ ou ‘GFL’ (langage équitable entre les sexes ou langage épicène). Le GFL vise à réduire les stéréotypes et la discrimination liés au genre et utilise deux stratégies principales :

L'une de ces stratégies est appelée ‘féminisation’. Il s'agit essentiellement de la décision active et consciente d'utiliser des mots orthographiés au féminin pour rendre visible et reconnue la présence de femmes et de filles dans un groupe, ou même simplement la possibilité de la présence de femmes ou de filles dans ce groupe. 

Par exemple, il faut s'assurer de toujours utiliser "il ou elle" au lieu de "il" dans les phrases où la personne à laquelle on fait référence peut être de l'un ou l'autre sexe, comme “As the teacher prepares the lesson, he or she should always keep the learner in mind.” ("Lorsque le professeur prépare la leçon, il ou elle doit toujours garder l'apprenant à l'esprit").

C'est facile à faire dans la plupart des langues, mais cela peut conduire à ce que l'auteur Anne Fadiman, dans son livre Ex Libris : Confessions of a Common Reader, le "His/Her problem" : des phrases longues, plutôt maladroites et inélégantes. Comme Fadiman, je ne crois pas que les écrivains qui utilisent simplement "he" soient tous misogynes, mais que cet usage de la langue reflète et renforce un angle mort de la société.

L'anglais, cependant, a un moyen de contourner ce problème, et il utilise la deuxième des stratégies du GFL, qui s'appelle la ‘neutralisation’. C'est l'idée que nous pouvons - et devrions - remplacer les mots orthographiés au masculin, par exemple ‘fireman’ (pompier), ‘policeman’ (policier), par des versions sans genre, par exemple ‘fire-fighter’, ‘police officer’.

Donc, si nous voulons appliquer cette stratégie à la phrase "he or she", en anglais nous avons l'option de l'utilisation de ‘they’ comme pronom singulier. Au pluriel, le ‘they’ anglais est neutre du point de vue du genre, et cela ne dérange personne.

Néanmoins, dans de nombreuses langues, il existe des variantes féminines et masculines pour la troisième personne du pluriel et le masculin est utilisé par défaut dans les groupes mixtes - d'où certaines réactions vives en France à la suggestion d'introduire ‘iel’, qui a été l'une de mes inspirations pour ce blog. 

Ce qui est parfois considéré comme plus controversé en anglais, est encore plus difficile à comprendre pour les locuteurs d'autres langues, c'est l'utilisation de ‘they’ comme pronom singulier sans genre, par exemple, dans la phrase :

“The student should be told what they will learn in the lesson.” ("Il faut dire à l'élève ce qu'il ou elle va apprendre pendant la leçon.").

C'est un sujet sur lequel de nombreuses personnes passionnées par la langue (comme moi) ont tendance à avoir des opinions bien tranchées, car si l'on y réfléchit, l'utilisation d'un mot généralement considéré comme pluriel avec un verbe singulier peut sembler étrange - et certaines personnes vous diront que cela "enfreint les règles".

Pourtant, il s'agit d'une option parfaitement normale depuis au moins le 14e siècle. Dans de multiples situations, c'est le meilleur choix - si une personne transgenre ou non binaire le préfère, c'est une question de respect, mais je le préfère aussi plus généralement parce que, en tant que femme, cela ne m'exclut pas activement. 

Et il y a tellement d'autres mots qui le font. Les mots orthographiés au masculin pour désigner des emplois, comme l'exemple de ‘fireman’ (pompier) ci-dessus, disparaissent progressivement, mais sûrement de l'usage - il est peu probable que vous les voyiez dans un manuel d'anglais moderne, par exemple - mais il existe d'autres mots à connotation masculine qui sont peut-être plus subtils, mais que je considère comme assez insidieux.

Comme je l'ai mentionné plus haut, il y a ‘guys’ pour désigner un groupe mixte. Suis-je un ‘guy’ (gars) ?

Un de mes amis, expert en diversité et en matériel pédagogique inclusif, m'a présenté le néologisme "folx" que j'aime bien. Il est spécialement conçu pour signaler explicitement l'inclusion de groupes communément marginalisés, pas seulement les femmes mais aussi, activement et plus spécifiquement, les femmes de couleur, les femmes transgenres, les femmes en situation de handicap et les personnes non-binaires ou non conformes au genre.

Vous vous demandez peut-être en quoi cela est important ? Suis-je trop sensible ? Dans le grand ordre des choses, est-ce la bonne bataille à choisir, est-ce vraiment la chose pour laquelle je voudrais faire mon Calvaire ?

Eh bien, je suis professeur de langues, et je crois que la langue est importante. Elle forme la façon dont nous nous percevons, dont nous percevons le monde, et les options que nous croyons avoir. Dans un monde où les filles sont plus nombreuses que les garçons à se voir refuser le droit à l'éducation - 16 millions de filles dans le monde n'entreront jamais dans une salle de classe - chaque petit geste pour aider les filles et les femmes à se voir comme des membres à part entière et égaux de la société vaut certainement la peine d'être fait ?

Pour vous aider à comprendre ce que je veux dire, permettez-moi de vous donner un dernier exemple que vous reconnaîtrez, j'en suis sûr.

Pensez à l'année 1969, lorsque Neil Armstrong est sorti du module lunaire pour aller sur la lune pour la toute première fois. Le monde entier le regardait en prononçant la phrase désormais célèbre “One small step for man … one giant leap for mankind.”  Maintenant, si vous êtes un homme, imaginez ce que vous auriez ressenti s'il avait dit à la place “One small step for woman … one giant leap for womankind.”. Avez-vous toujours le sentiment de faire partie de cette grande entreprise, ou vous sentez-vous, à un certain niveau, exclu ? Cela vous inspire-t-il toujours de grandir pour devenir astronaute ? 

Je suis sûre que Neil ne voulait pas m'exclure. Il a fait une belle déclaration sur un grand pas en avant scientifique. Cependant, cet exemple montre que le langage a le pouvoir d'exclure. Mais il y a de l'espoir : le pouvoir d'exclure implique également le pouvoir d'inclure. Les langues peuvent, font et doivent changer au fil du temps, et je pense que l'un de ces changements doit aller dans la direction de l'inclusion du genre. N’excluez pas la moitié du monde de la façon dont vous parlez, ou vous risquez d’exclure la moitié du monde des merveilleuses possibilités que leur avenir peut offrir.

Biographie de l'auteur

Laura McWilliams

Responsable académique, British Council

Laura est la responsable académique pour les cours d'anglais pour les secondaires au British Council depuis 2017. Elle détient le CELTA, CELTYL, DELTA ainsi que la qualification de l'ELT management et elle forme au TYLEC. Avant de devenir enseignante d'anglais, Laura travaillait dans le domaine du théâtre, elle aime intégrer son amour pour le théâtre et la narration dans nos cours au British Council.

Autres blogs écrits par Laura